Qui est Diana Ilut ? Interview d’une directrice artistique en communication

Diana est directrice artistique de formation et évolue à son compte depuis 1 an. Découvrez qui elle est, son métier et son quotidien dans l’interview ci-dessous.

Où retrouver Diana ?

Peux-tu décrire ta personnalité en quelques mots ?

Je suis une sensible extravertie. J’aime beaucoup parler, je suis très à l’aise en public par contre, je suis hypersensible. J’aime le dire, car souvent, on assimile les personnes sensibles aux personnes introverties ou timides, alors que c’est faux.

J’ai une idée à la minute et j’ai envie de toutes les concrétiser. Et j’adore quand les choses vont vite, aller droit au but. Ce qui fait que j’ai un franc-parler, car je tourne rarement autour du pot. Ça se voit dans ma façon de parler, mais aussi dans ma façon de gérer mes projets, mes idées, ma vie.

J’aime profondément les gens et l’humain. Je m’intéresse à plein d’histoires et à plein de personnes. Je pars du principe que tout le monde est gentil et ensuite, je me fais ma propre idée. En partant de ce postulat, je m’aperçois que 97 % des gens sont vraiment gentils.

Je suis une vraie épicurienne depuis toujours. Je suis passionnée de gastronomie. Quand je voyage, c’est pour découvrir des restaurants, des bars, une culture de la gastronomie.

Quel est ton métier ?

Je suis directrice artistique dans la communication : je m’occupe de la partie graphique d’une communication. Cela comprend le graphisme, l’illustration, la photo, le naming (l’art de trouver un nom aux choses qui soit pertinent, déposable…)… J’ai différentes cordes à mon arc qui font que je peux répondre à différents besoins de communications visuels.

Je suis aussi formatrice dans ces domaines d’activité :

Et à qui est-il destiné ?

Je m’adresse aux entrepreneurs, aux porteurs de projet, aux gens qui créent leurs entreprises, car ce sont eux qui ont besoin de communiquer. Mes services sont destinés aussi à ceux qui ont créé leur entreprise depuis un moment et qui ont besoin de remanier tout ça. Je m’intéresse aux entrepreneurs un poil audacieux ou en tout cas qui ont envie d’aller vers une communication hors cadre, qui veulent casser les codes de leurs secteurs d’activité.

Quels sont les challenges auxquels tu es confronté ?

Je fais face à 3 challenges principaux :

  • Rester focus sur une idée et aller au bout pour la concrétiser : comme j’ai tendance à en avoir plein, il suffit que j’en trouve une meilleure qui arrive pour oublier la première. Du coup, je ne vais jamais au bout des choses. C’est très énergivore, car je suis partout tout le temps et nulle part à la fois.
  • Me sentir légitime : je différencie me sentir légitime et le syndrome de l’imposteur. Je ne me sens pas imposteur, mais je ne me sens jamais assez légitime. J’ai ce besoin de me former en permanence pour dire “je sais vraiment”. C’est un avantage, car je me forme souvent, mais cela met une pression non-négligeable quand même.
  • Ne pas culpabiliser de prendre du temps hors du travail : j’ai beaucoup de mal à faire des choses qui ne sont pas liées à mon travail. Et je pense que c’est très lié à mes autres challenges. Si je ne travaille pas ou ne me forme pas, j’ai l’impression de perdre du temps et je me sens moins légitime. Et comme je fais 1000 choses à la fois, c’est aussi dur de dégager du temps pour le reste.

Quelles sont tes valeurs ?

person climbing on mountain

Ambition et courage

Photo by Pixabay on Pexels.com

scenic view of ocean during sunset

Authenticité

Photo by Travis Rupert on Pexels.com

white and brown ceramic vase

Simplicité

Photo by Sohel Patel on Pexels.com

person holding world globe facing mountain

Ouverture d’esprit et remise en question

Photo by Porapak Apichodilok on Pexels.com

colorful toothed wheels

Créativité

Photo by Digital Buggu on Pexels.com

Quelle est ta vision de l’entrepreneuriat ?

Pour moi, l’entrepreneuriat permet de travailler sur ses propres rêves. Quand tu n’es pas entrepreneur, à un moment donné, tu travailles forcément pour les rêves de quelqu’un d’autre. Cela peut être bien, car tu sers une cause plus grande que toi, tu ne te sens pas de créer cette chose, mais d’y participer, ça te convient. Mais si ce n’est pas le cas, je suis pour que les gens entreprennent parce que c’est une manière de vivre ses propres rêves, ses propres ambitions et de vraiment se réaliser.

Attention, l’entrepreneuriat reste difficile et n’est pas fait pour tout le monde. Il faut avoir les reins solides. Mon conseil est d’entreprendre dans un domaine qui te plaît vraiment pour pouvoir tenir la distance.

Comment t’organises-tu au quotidien ? As-tu une routine de travail ?

Je n’ai pas réellement de routine de travail. Mon agenda est à jour et le dimanche soir, j’essaie de me mettre sur ma to-do pour arriver le lundi et savoir comment je démarre la semaine.

Je ne travailles jamais très tôt le matin. Le début de matinée est consacré à ma veille que ce soit pour ma newsletter ou pour ma culture personnelle. Je bosse souvent le soir car entre 21 heures et minuit, j’arrive à abattre une charge de travail nettement supérieure au reste de ma journée. C’est le moment où je suis le plus productive.

As-tu des conseils à ceux qui souhaiteraient se lancer en entrepreneuriat dans le même métier que toi ?

Je dirais qu’il faut être curieux et ne pas rester sur ses acquis, surtout les acquis scolaires. Pour faire mon métier, il faut sans cesse être à la page, absorber l’information, voir où sont les tendances etc. Donc sortir de chez soi, voir des expos, lire des articles… C’est hyper important.

Je conseillerais de communiquer sur sa personnalité, car du talent, on en a tous. Et les gens qui ont du talent, à l’ère des réseaux sociaux, on les voit tous. La différence va se faire sur la personnalité.
Je pense qu’on vit une époque où on s’intéresse plus aux gens et à leur personnalité qu’uniquement à leurs compétences. Donc communiquer avec authenticité est ce qui va permettre de se démarquer de la concurrence, parce qu’on est très nombreux dans le secteur et dans le métier.

Mon dernier conseil est d’être proactif, d’aller cerner les réels besoins de ses potentiels clients ou en tout cas de ces clients de rêves. Aller à la rencontre de ses clients, ne pas attendre qu’ils arrivent “par magie”.

Pour finir, quelle est ta citation préférée ?

Le tact dans l’audace, c’est de savoir jusqu’où on peut aller trop loin.

Jean Cocteau

C’est la citation de mon studio et de mon entreprise. C’est mon credo, de faire une communication audacieuse et de casser les codes. Mais le tact, c’est de savoir jusqu’où on peut aller avant de basculer dans l’ultra vulgaire, le déplacer ou le malaisant… Cette frontière est là où se trouve le génie pour moi.

Une autre citation que tu dois connaître, car elle était sur les murs de Who Run The World et qui me parle énormément, c’est :

J’espère que tu vis une vie dont tu es fière. Si tu ne l’es pas, j’espère que tu as la force de tout recommencer.

F. Scott Fitzgerald

Elle rejoint mes valeurs d’ambition, de courage, de changer et de vivre ses rêves.