Qui est Lauren Terrigeol ? Interview d’une Photographe

Lauren est photographe freelance depuis plus d’un an et demi. Découvrez qui elle est, son métier et son quotidien dans l’interview ci-dessous.

Où retrouver Lauren ?

Peux-tu décrire ta personnalité en quelques mots ?

Je suis quelqu’un de passionnée et d’hypersensiblecurieuse d’apprendre, d’explorer, de vivre la vie comme une incroyable expérience destinée à nous faire évoluer, et à se réaliser. J’ai un grand besoin de liberté, et de solitude, pour pouvoir avancer à mon rythme (plutôt hyperactif), me ressourcer et me consacrer à mes projets artistiques.

Que ce soit dans mon cheminement personnel ou professionnel (je ne distingue pas vraiment les deux), je suis dans une quête perpétuelle d’harmonie, tant intérieure qu’extérieure (via des pratiques introspectives, des modes de consommation, etc.).

Quel est ton métier et à qui est-il destiné ?

Je suis photographe (après avoir fait des études en environnement), et ma pratique de la photo est en perpétuelle évolution. Je la forge doucement, au gré des expériences, des intuitions, des rencontres. Je ne sais pas encore précisément vers quoi je tends ni ce que je souhaite transmettre à travers cet art, mais je peux déjà définir ce qui ne me fait pas vibrer ou ce qui ne correspond à mes valeurs.

Mon offre est destinée aux professionnels, aux particuliers et aux associations. Plus particulièrement, j’aime travailler sur des sujets liés au féminin, à la nature et à la spiritualité. Je réalise des portraits en nature et des nus artistiques afin d’accompagner les personnes vers une meilleure estime de soi, de se voir avec un autre regard, afin de les aider à se réapproprier leur image, leur corps. J’ai plusieurs projets en cours, comme celui de développer le reportage photo d’accouchement, ou de valoriser le travail des associations de conservation de la biodiversité à travers des photos sensibles et poétiques.

Mon métier a pour objectif de mettre en lumière, de créer de la beauté et de l’harmonie, et de transmettre des émotions à travers l’image.

Quels sont les challenges auxquels tu es confronté ?

Mon défi principal consiste à me faire connaître et à me démarquer parmi les nombreux photographes présents dans la région. Plus spécifiquement, il s’agit de définir ce qui fait mon unicité, et l’assumer pleinement. Je doute beaucoup quand il s’agit de mon travail, et j’ai encore du boulot à faire vis-à-vis de mon besoin de reconnaissance !

Et bien sûr, tout le challenge d’un freelance est de vivre de son activité. Cela prend du temps, et j’ai fini par accepter (avec beaucoup de résistance) de réaliser des boulots “alimentaires” de temps en temps, en parallèle de mon travail. Je me suis assez vite rendue compte que le stress financier entrave la créativité, et c’est un cercle vicieux…

Quelles sont tes valeurs ?

woman standing on cliff

Liberté

Photo by Nina Uhlíková on Pexels.com

white clouds

Beauté

Photo by Roberto Nickson on Pexels.com

dirty pattern texture abstract

Besoin de sens

Photo by Olya Kobruseva on Pexels.com

photo of sticky notes and colored pens scrambled on table

Créativité

Photo by Frans Van Heerden on Pexels.com

black stackable stone decor at the body of water

Harmonie

Photo by Nandhu Kumar on Pexels.com

view of ocean during golden hour

Authenticité

Photo by Александр Прокофьев on Pexels.com

Quelle est ta vision de l’entrepreneuriat ?

L’entrepreneuriat, d’après moi, offre la possibilité de se réaliser pleinement.

J’y trouve la totale liberté de concrétiser les projets qui me tiennent à cœur, d’être pleinement responsable de mon travail, de mon temps et de mon énergie, avec la sensation d’avoir le champ des possibles devant moi. C’est ce qui me permet de vivre dans la joie, en faisant ce qui me fait vibrer au quotidien. Cela me permet de me sentir indépendante, sans contraintes (autant que possible), et surtout d’être créative !

Comment t’organises-tu au quotidien ? As-tu une routine de travail ?

Difficile à dire, je n’aime pas la routine… Et puis, mon travail dépend beaucoup de mes clients, des séances photo prévues, cela varie d’un jour à l’autre.

J’ai toujours été une grande bosseuse, et même lorsque je n’ai rien à faire, je peux rester sur l’ordinateur à tourner en rond pour me persuader que je suis en train de “faire” et ainsi, ne pas culpabiliser. Aujourd’hui, j’apprends à faire l’effort inverse, à prendre du temps pour moi. Je m’autorise un peu plus de pauses, pour lire, faire une sieste, méditer, rencontrer des amis, et puis j’adore m’échapper en montagne. Lorsque je randonne, ma tête travaille toute seule, les idées s’organisent, le mental se vide peu à peu, j’adore !

As-tu des conseils à ceux qui souhaiteraient se lancer en entrepreneuriat dans le même métier que toi ?

Le conseil que je donnerais, c’est de garder un boulot à temps partiel. C’est ce que j’aurais aimé qu’on me dise dès le début, au lieu d’un “Vas-y, fonce !” (on me l’a dit, plus tard, lorsque j’étais déjà lancée, et je n’ai pas voulu l’entendre, par fierté peut-être, et par peur de l’échec). Je me suis laissée attraper par l’envie de réussir tout de suite, j’ai mis toute mon énergie dans la création de mon site internet, les réseaux sociaux, et j’ai attendu…

Je suis plutôt impatiente, mais cela met du temps pour se faire connaître, construire son book, trouver des clients. Pour cela, une astuce est d’offrir des shootings, gratuitement ou à moindre coût, pour se faire connaître, pratiquer et avoir un portfolio abouti à présenter. Un autre conseil est de ne pas se fermer de porte au début, de tester un peu de tout, pour affiner son style, développer ce qui nous plaît réellement.

Pour finir, quelle est ta citation préférée ?

You can do it.

(tu peux le faire.)

J’ai grandi avec cette idée que, quand on veut, on peut. Et je sais aussi, pour l’avoir expérimenté, que parfois, malgré toute la volonté du monde, cela ne marche pas. Mais il faut se donner les moyens, se remettre en question, analyser, apprendre, être patient, persévérer…

%d blogueurs aiment cette page :