Qui est Léa Butel ? Interview d’une Rédactrice Web SEO

Léa est Rédactrice Web SEO freelance depuis un peu plus de 2 ans. Découvrez qui elle est, son métier et son quotidien dans l’interview ci-dessous.

Où retrouver Léa ?

Peux-tu décrire ta personnalité en quelques mots ?

Je vais me baser sur ce que les autres disent de moi.

fireworks

Pétillante

Photo by Viktoria on Pexels.com

Dans ma description LinkedIn, j’ai marqué Rédactrice Web pétillante parce qu’on m’appelait Zébulon à mon ancien travail. J’ai tendance à sauter sur place et à être assez énergique. C’est peut-être parce que j’écoute du métal que j’ai de l’énergie.

black framed eyeglasses

Professionnelle

Photo by Pixabay on Pexels.com

Je ne vais pas faire les défauts clichés comme perfectionniste, mais je suis quelqu’un de sérieuse. Je fais beaucoup de bruit comme ça, mais quand je travaille, je n’aime pas être dérangé et j’aime aller au bout des choses. Je suis donc professionnelle, notamment parce que j’ai des clients depuis un moment, et s’ils restent, c’est qu’ils sont contents.

black twist pen on notebook

Passionnée

Photo by Mohammad Danish on Pexels.com

Je n’arrive pas à m’investir dans des missions ou des tâches qui ne m’intéressent pas. J’ai occupé pendant plusieurs années un poste dont j’avais beaucoup de mal à cerner les tenants et aboutissants et je me suis dit que j’avais besoin de plus, de faire quelque chose d’utile et qui me passionne !

monochrome photography of people shaking hands

Loyale

Photo by Savvas Stavrinos on Pexels.com

Pour moi, c’est très important d’être loyal envers mes clients. Mais on en discutera un peu plus en parlant des valeurs.

Quel est ton métier et à qui est-il destiné ?

Je suis rédactrice web en freelance. Le but de mon métier est de mettre en valeur les petites entreprises, c’est ce qui m’intéresse. C’est pour cela que je reviens au plus local, par chez moi (ndlr : Périgord). Notamment, parce que les gens en ont besoin, ils ne savent pas vraiment en quoi ça consiste et n’ont pas du tout conscience que ça peut les aider. C’est pour ça que j’essaie d’agir sur ce point-là.

Les gens n’ont vraiment pas conscience qu’on n’est pas obligé de faire des grosses campagnes de publicité et qu’on peut se faire aider sans y passer du temps et que juste reprendre son texte sur son site internet peut déjà suffire.

Quels sont les challenges auxquels tu es confronté ?

Le dernier en date, c’est la communication avec les clients.
J’ai récemment réalisé qu’en début de mission, on part souvent du principe que certaines choses sont évidentes, donc on ne prend pas la peine d’en parler avant de se mettre au travail.

Il y a quelques mois, j’ai travaillé avec une agence qui ne faisait pas le point avec ses clients avant de me confier la rédaction d’articles. J’avais donc fourni un premier travail hors sujet, puisque j’ignorais que le besoin client n’avait pas été recueilli. Après avoir moi-même contacté la cliente, j’ai compris qu’elle avait besoin de textes très spécialisés. J’ai donc reproposé un texte, mais n’étant pas experte, il restait trop généraliste pour la cliente. Mon client direct, sa cliente et moi avons donc perdu à la fois du temps et de l’argent.

Depuis, je m’assure toujours que le besoin client a été correctement recueilli et compris avant d’accepter une mission. Si besoin, je pose toutes les questions que je veux, même si elles me semblent un peu bêtes parfois. Je préfère me montrer insistante au début, mais fournir un travail précis et de qualité plutôt que de foncer bille en tête et manquer ma cible.

Quelles sont tes valeurs ?

En y réfléchissant, je me suis dit que ça sonnait un peu cliché, mais c’est l’authenticité. C’est hyper important pour moi. Plus le temps passe, plus les posts LinkedIn (parce que j’y suis tous les jours) c’est vraiment standardisé, c’est donné des gages de “regarder, j’ai fait ça donc je fais ce qu’il faut” et ça ne m’intéresse pas, ça me fatigue. Je trouve cela moins intéressant qu’avant. Pour moi, c’est important d’être authentique et de ne pas véhiculer une fausse image. On n’a pas l’impression de voir la vraie vie dans ces posts LinkedIn.
L’authenticité aussi de ne pas se mentir et se voiler la face pour avoir des clients qui nous ressemblent. Ça permet d’avoir une relation plus facile, avec un bon feeling et du coup que la mission se passe bien. Et la collaboration sera long terme et plus solide.

La loyauté vis à vis de ces clients aussi. Tu commences un truc et tu termines. Ou alors quand tu ne peux pas terminer, tu lui expliques pourquoi et tout de suite. Tu n’attends pas un milliard d’années, il faut le dire directement. Ce n’est pas agréable, tu as l’impression de laisser tomber en cours de route, mais des fois, quand tu sais que tu vas faire perdre du temps à tout le monde, à commencer par toi, il ne sert à rien d’insister.

La réactivité est une de mes valeurs aussi. C’est un point sur lequel j’insiste à chaque fois, je ne supporte pas qu’aujourd’hui dans les services clients (chez les autres) on ne me réponde pas dans la journée. Maintenant, on a toujours les notifications, les boites mails accessibles et je trouve que ce n’est pas normal de ne pas avoir un service client réactif. Surtout qu’on peut toujours dire simplement “j’ai vu votre mail et je reviens vers vous rapidement” si la question demande un peu de réflexion. Il faut montrer qu’on a vu et qu’on a pris en compte la demande.
Et donc, je mets un point d’honneur à offrir cette réactivité à mes clients.

Quelle est ta vision de l’entrepreneuriat ?

C’est une vaste question. Je ne me destinais pas du tout à être entrepreneur, je n’avais jamais envisagé la chose. Je l’ai fait parce que c’était un peu ma seule solution pour arriver à ce que je voulais. Je ne suis pas en mode “l’entrepreneuriat, c’est génial” ou “il faut mettre à son compte pour se libérer…”. Ce n’est pas vraiment ce que je pense. Ça reste tout de même hyper cool, notamment, car on se responsabilise, mais ce n’est pas une responsabilité subie non plus vu que tu fais ce que tu aimes.

Dans ma vision de l’entrepreneuriat, je dirai qu’il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler.
J’adore travailler. Je ne pourrais pas passer ma vie à rien faire, ça me rendrait folle. Mais au contraire, travailler pour faire des trucs inutiles ou pour faire passer le temps, je trouve que c’est pénible. L’entrepreneuriat, c’est pouvoir faire ce qu’on aime au travail et garder du temps pour sa vie personnelle quand même à côté.

Comment t’organises-tu au quotidien ? As-tu une routine de travail ?

J’ai une routine, car c’est important pour me mettre en route.
Je commence la journée en regardant LinkedIn. C’est pour me réveiller et avoir un peu d’interaction. Après, j’écris le matin. L’après-midi, je préfère faire de l’administratif, ce qui demande moins de concentration.
Parfois, il m’arrive de travailler un peu en soirée, car j’ai un regain d’énergie. Je peux aussi travailler dans le week-end si j’ai décidé de prendre une demi-journée de libre dans la semaine par exemple.

En général, le matin est dédié aux projets clients et l’après-midi, je travaille sur ma boîte. Dans la semaine, je me laisse des plages pour les urgences, car j’ai quelques clients qui fonctionnent un peu de cette façon. Donc je prévois un moment pour eux afin qu’il n’y ait pas de blocage. Je fais en sorte de ne pas me surcharger aussi pour prévoir tout cela.

As-tu des conseils à ceux qui souhaiteraient se lancer en entrepreneuriat dans le même métier que toi ?

Préparez-vous.
Parce qu’on voit beaucoup de gens qui disent “je me suis lancé, j’avais plus rien sur mon compte et j’avais 2 enfants… et j’ai réussi et je fais 10 K € par mois”. Ce n’est pas la réalité ça, le monde ne vous attends pas.

Soyez prêt à donner de votre personne au début. Au moins, au tout début, prêt à écrire et publier des textes gratuitement pour construire un portfolio. Si vous arrivez sur le marché sans portfolio, sans preuve à donner à vos futurs clients, vous n’avez aucune crédibilité. Il y a des centaines de personnes qui font la même chose.
Je l’ai fait et franchement je ne regrettes pas.

Après, je me suis formé aussi. C’est très important aussi car cela ajoute en crédibilité si on a une formation/certification.

Pour finir, quelle est ta citation préférée ?

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.

Sénèque

%d blogueurs aiment cette page :